Aller au contenu principal

Frank Hardeman à la tête de l’AFCN

Frank Hardeman s’est présenté cet après-midi en tant que nouveau directeur général de l’Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN). Il est entré en fonction le 1er mai de cette année à la tête de l’AFCN. Depuis cette date, il a eu l’occasion de faire connaissance  avec l’Agence et ses collaborateurs. Dans un futur proche, l’AFCN sera confrontée à plusieurs défis et Frank Hardeman est déterminé à les prendre en main en mettant en œuvre une politique basée sur la protection de la population, la transparence et l’indépendance.

Après une carrière à la KUL et au Centre d’Etude de l’Energie Nucléaire (CEN) à Mol, son arrivée à l’AFCN était une suite logique pour Frank Hardeman. Il a 30 ans d’expérience en radioprotection, sûreté et recherche et son expertise est reconnue au niveau international.  Son mandat à l’Agence s’étalera sur une période de six ans, une période qui risque d’être fort chargée pour le secteur nucléaire. Frank Hardeman attache également une grande importance au fonctionnement interne de l’AFCN et est déterminé à adapter l’organisation à un contexte en pleine évolution.

L’AFCN : beaucoup plus que le contrôle des centrales nucléaires

On associe souvent l’AFCN aux centrales nucléaires de Doel et Tihange. Garantir la sûreté de l’exploitation des centrales est bien sûr une des responsabilités principales de l'AFCN, mais l'AFCN est active dans beaucoup d’autres domaines.

Citons ainsi les rayonnements radiologiques qui sont utilisés quotidiennement dans le secteur médical, tant pour l’établissement d’un diagnostic que pour le traitement de maladies. Les dentistes et les vétérinaires font également usage des technologies radiologiques. Il est de la mission de l’AFCN d’autoriser une utilisation positive des rayonnements, tout en limitant le plus possible les doses.

Par ailleurs, l’AFCN organise de nombreuses campagnes de sensibilisation, notamment sur la présence du radon dans le sol. En effet, la radioactivité naturelle est présente partout. L’AFCN surveille en permanence les niveaux de radioactivité en Belgique, intervient si nécessaire et communique de manière transparente à ce sujet. L’AFCN contrôle également le transport de matières fissiles et de matériel médical, elle supervise les applications industrielles du nucléaire. L'AFCN encourage également le recours aux innovations technologiques si nécessaire. Bien entendu, une grande attention est également accordée à la sécurisation des sites nucléaires.

Valeurs et vision pour le futur

Pour Frank Hardeman: « L’AFCN est fiable, transparente, indépendante et neutre. Elle peut intervenir comme promotrice et gardienne de la culture de sûreté, mais elle peut aussi sévir si nécessaire ».

Armées de ces valeurs, l’AFCN est prête à faire face à un monde en pleine évolution. La sortie planifiée du nucléaire, la gestion des déchets radioactifs et le développement de nouvelles applications médicales ne sont que quelques-uns des défis qui attendent l’AFCN dans les prochaines années. Frank Hardeman et tous les collaborateurs de l’AFCN et de sa filiale technique Bel V mettront tout en œuvre pour apporter, de manière efficace et en collaboration avec les organes décisionnels, les adaptations nécessaires à ce contexte. La communication, tant interne qu’externe, constituera une pierre angulaire de cette approche.