Aller au contenu principal

Surveillance radiologique du territoire belge

Programme de surveillance radiologique

Le programme de surveillance radiologique permet de mesurer les niveaux de radioactivité artificielle et naturelle de l'air, des pluies, des eaux de surface et de boisson, des sols et des sédiments de rivières, des zones côtières (sédiments marins et produits de la mer), des produits de la chaîne alimentaire (lait, viandes, poissons, légumes), etc. 

La surveillance radiologique du territoire comprend deux volets complémentaires :

  • Une surveillance globale du territoire : en dehors des zones où s’exerce une activité nucléaire significative. Elle indique notamment le niveau de la radioactivité à laquelle la population est naturellement soumise. Elle couvre en particulier des zones éloignées des sites nucléaires comme la région côtière ainsi que des zones dites « de référence » comme l’agglomération bruxelloise. Une attention particulière est donnée à la surveillance de sites industriels non nucléaires et de certaines décharges.
  • Une surveillance rapprochée autour des sites nucléaires où s’exerce une activité susceptible d’avoir un impact radiologique sur l’environnement. Elle vise notamment les sites suivants :
    • les sites des centrales nucléaires de Doel et de Tihange
    • les environs, en territoire belge, de la centrale nucléaire française de Chooz
    • le site nucléaire du Centre d'Etude de l'Energie nucléaire (SCK-CEN) de Mol
    • les sites de Belgoprocess, de Belgonucléaire, et de la FBFC International, à Mol et à Dessel
    • le site de l'Institut national des Radioéléments (IRE) à Fleurus

La surveillance radiologique vise également les installations où sont utilisés des radionucléides, comme les hôpitaux, les universités ou encore certaines industries non nucléaires (industries NORM). Des décharges, notamment de phosphogypse, sont également surveillées.

En pratique, la surveillance radiologique du territoire, qui porte à la fois sur le niveau de radioactivité artificielle et sur celui de la radioactivité naturelle,  est opérée de deux manières :

  • en continu : via le réseau automatique de mesure de la radioactivité (TELERAD)
  • de manière discontinue : via des analyses et des prélèvements réguliers d'échantillons sur le terrain qui sont ensuite analysés.

Les résultats des deux systèmes de surveillance peuvent être consultés en direct sur le site web de l'Agence.

Avantages des 2 systèmes

  • Un réseau automatique de mesure a comme avantage que les mesures sont effectuées 24 h sur 24h et que les résultats sont presque immédiatement disponibles. Ceci fait qu'un tel système permet également de réagir rapidement au cas où le niveau de radiation excède un niveau prédéterminé par l'envoi automatique d'une alerte.
  • Effectuer des mesures dans des laboratoires présente l'avantage d'avoir des taux de détection très bas, permettant de détecter des quantités infimes de matières radioactives.

Rapports de surveillance radiologique de la Belgique

Ces rapports présentent de manière synthètique les résultats obtenus dans le cadre de la surveillance radiologique de l'environnement national.