Aller au contenu principal

Établissements et installations démantelés

Établissements et installations démantelés

Réacteur de recherche Thetis (Université de Gand)

L'Université de Gand exploitait depuis 1967 le réacteur de recherche Thetis qui avait été autorisé comme un établissement de classe I. Ce réacteur de recherche était un « réacteur piscine » d'une capacité maximale de 250 kWth situé sur le site de l'Institut des sciences nucléaires (site INW) à Gand.

En décembre 2003, ce réacteur fut définitivement mis à l'arrêt. Les mesures nécessaires furent prises pour amener le réacteur dans un état de stand-by et assurer sa sûreté en attendant le déchargement du cœur et, ultérieurement, son démantèlement.

En juillet 2010, l'Université de Gand a introduit une demande d'autorisation de démantèlement pour le réacteur de recherche Thetis. Le déchargement du cœur du réacteur et l'évacuation des éléments combustibles vers Belgoprocess a eu lieu entre mai et septembre 2010.

Après l'examen de cette demande d'autorisation par l'AFCN et le Conseil scientifique et la consultation des pouvoirs locaux, une autorisation de démantèlement a été délivrée par arrêté royal en mai 2012.

Une fois les déchets issus de la phase d'exploitation évacués, les travaux de démantèlement ont commencé en 2013. Ils se sont achevés en 2014.

Le démantèlement de l’installation est aujourd’hui complètement terminé et l’autorisation de démantèlement a été abrogée le 25 novembre 2015. Suite à cela, l’université de Gand, qui poursuit toujours des activités de recherche a été reclassée de classe I vers classe II.

Belgonucleaire (Dessel)

En 1973, la SA Belgonucleaire a démarré une usine de production de combustible MOX à l'avenue de l'Europe à Dessel. Au cours des premières années, la production était limitée et destinée au réacteur BR3 et aux réacteurs-surrégénérateurs. En 1986, l'usine de Dessel a entamé la production industrielle d'assemblages de MOX en utilisant le procédé MIMAS qui avait été développé par la SA Belgonucleaire. A l'exception des fours, tous les équipements des lignes de production ont été placés dans des boîtes à gants pour éviter toute contamination.

Fin 2005, la SA Belgonucleaire a décidé de cesser ses activités de production à Dessel pour des motifs économiques. La dernière campagne de production de MOX a eu lieu en août 2006, après quoi toute activité de production a été cessée au sein de l'usine et tous les assemblages de MOX présents ont été évacués.

Pendant la période 2010-2013, les principales activités de déclassement ont été le démantèlement d'environ 170 boîtes à gants. En 2013, un programme de mesures radiologiques a été lancé pour le bâtiment H, afin d'atteindre les conditions nécessaires pour sa libération inconditionnelle (c-à-d. que l'immeuble ne soit plus considéré comme une installation nucléaire). Ce bâtiment a principalement été utilisé pour mener des essais non destructifs, pour le stockage et pour le transport de crayons de combustible MOX.

Les activités de démantèment se sont terminées en juin 2019. Les bâtiments et le site ont été libérés sans condition. Par arrêté royal du 20 décembre 2019 (Moniteur belge du 27 décembre 2019), l'autorisation de démantèlement de la NV BELGONUCLEAIRE a été levée et la NV BELGONUCLEAIRE a été retirée de la liste des établissements nucléaires de classe I.